Arnaud Lhermitte

Chers amis,

Voici une soirée qu’on n’est pas près d’oublier !

Il y a avait un thème ce soir et pas des moindres puisque nous fêtions les amoureux de la Saint Valentin.

Oui c’est vrai ce n’était pas précisément le jour mais c’est un thème qu’on aime alors on n’a pas compté et on ne s’est pas privé. C’est ça qui compte.

Nous nous sommes donc retrouvés dans la salle de la rue Saint Martin autour de Patrick, fidèle au poste.

 

La soirée s’annonçait bien mais avant de nous lancer dans les démonstrations de routines et tours en tous genres, nous avons eu la chance et le privilège d’avoir la visite de Thierry Collet qui était venu nous parler du magic Wip, le festival qu’il a créé et qui se produit actuellement dans le Pavillon Villette, de l’autre côté de la Grande Halle.

Après un petit discours de bienvenue à tous les présents (un cadeau !) notre président Peter Din a laissé la parole à Thierry Collet qui nous a présenté son dernier bébé. Ce furent presque deux heures d’une discussion passionnante sur ce festival magique qui a commencé il y a 8 jours à peine et qui va se poursuivre durant 3 mois jusqu’à la fin avril.

Je ne peux que vous conseiller de réserver quelques soirées ou après-midi pour passer là-bas des moments magiques.

Puisque Thierry est venu jusqu’à nous pour en parler, je vous en parle.

Le Magic Wip en est à sa cinquième édition (les deux dernières saisons furent ajournées, on sait pourquoi) et cette année de grands noms ont répondu présent à ce rendez-vous, jugez plutôt : Ben hart, Henry Evans, Francis Tabary, Scorpène pour n’en citer que quelques uns…

Le lieu lui-même est étonnant, cette rotonde, ancien emplacement réservé aux vétérinaires du temps des Halles de Baltard, accueille sur plusieurs niveaux les artistes et le public. C’est là qu’on pourra déambuler d’une salle à l’autre (c’est la modulation de fréquence), venir en spectateur ou en acteur, en famille même puisqu’il y a des ateliers pour petits et grands qui se dérouleront autour de l’espace Bar (un peu à la manière d’un Magic Castle) ou le grand public pourra approcher et s’initier à la magie ; des kits magiques sont à la disposition de qui veut pour découvrir ce monde qui nous passionne et peut-être faire des émules.

Durant trois mois donc, le Magic Wip (comprenez Work In Progress parce que ça bouillonne là-dedans) des spectacles, des ateliers, du close up, de la magie nouvelle et de la pas nouvelle, des cabines pas spirites mais où on se laisse entraîner dans des tours fait par des machines, tout est là pour mettre les spectateurs en éveil.

En bref, des rendez-vous à ne surtout pas manquer.

De plus, le Magic Wip acceuille 12 artistes en résidence et si vous êtes malin ou chanceux, vous pourrez avoir la primeur d’assister à des sorties de résidence. Ça ne se rate pas.

Alors wip wip wip Hourrah ! Et merci Thierry pour cet échange passionnant.

https://lavillette.com/programmation/magic-wip-saison-5_e1098

Après ce bon moment, nous avons enchaîné avec les tours tout autour de l’amour.

 

 

Pierre le Pêcheur, qui voulait être servi le premier, a réuni son duo fétiche “Maurice et Georgette” pour l’union d’une paire de carte parfaitement appairée.

 

Francis, complètement décalqué (il ne peut pas s’empêcher de bricoler) nous a montré une jolie idée à base de papier vivant qui se tordait tout seul dans la main. Puis il a lui aussi cherché le couple parfait entre les rois et les reines. Résultat garanti !

 

Pour ma part, une adaptation d’une idée de Bob Jardine a permis de mettre à jour les atomes crochus entre Valentin et Valentine (alias Patrick et Coco DeNoix) et a séduit le chœur de l’assemblée.

Étienne, pas en reste, a conquis les cœurs d’un autre couple avec une routine sortie du green neck system puis Coco, tout en frac indigo, a sorti le grand jeu pour une carte blanche.

 

 

Enfin, pour terminer cette soirée, Tom’As a eu à cœur de s’y coller avec une belle routine de correspondances entre deux jeux et deux spectateurs… on est resté scotchés (comprend qui veut, fallait être là ce soir).

Mais il y a une fin à tout et la nuit nous ayant poussés dehors malgré nous il a bien fallu nous résigner.

Vous voyez, cette soirée fut riche et je vous promets, on a aimé ! Alors vite à la prochaine !

AL.