Arnaud Lhermitte

Bonjour à tous et à toutes,

Deux mois qu’on ne s’est pas vus, vous vous rendez compte !

Moi, ça m’a paru éternité… Bon, faut pas exagérer, c‘est vrai qu’il y a eu les vacances, pour moi comme pour vous et je dois dire que ça fait du bien. Mais quand même… deux mois c’est long.

C’est la rentrée, enfin ! J’espère que vous avez tous profité des vacances pour réviser vos routines préférées et pour ceux et celles qui étaient avec nous ce soir, je vous promets que c’était le cas comme vous allez pouvoir le constater.

Oui, on était donc une bonne vingtaine de sortie pour la soirée de rentrée. Patrick le Maître des lieux avait préparé la grande salle de la rue Saint Martin, à l’heure dite, chacun prit place sur la chaise de son choix, en rangs bien espacés pour respecter les gestes barrières et les masques sur le nez.

Notre cher président Peter Din ouvrit la séance par un petit discours de bienvenue très sympathique et encourageant pour l’avenir de nos réunions futures et il accueilli chaleureusement la présence de Hugues Protat (Marie-Hélène était excusée mais son esprit flottait dans la salle), Alban William, et Maria Manzi qui était venue avec Claire Perrine (sans sa marionnette, ça m‘a laissé sans voix). Les stagiaires de la promotion Francesco Palmieri (2021) qui étaient présents ce soir ont été émus de rencontrer Maria que tout le monde entoura d’une salve d’applaudissements. Et un nouveau venu ce soir, Étienne, qui nous l’espérons rejoindra bientôt le Club.

Peter a rappelé l’initiative encore d’actualité pour tous ceux qui le désirent de poster une courte bio sur le site dans la rubrique «  Portrait de membre », ce qui permet à tous de mieux se connaître puis il instaure un nouveau challenge : Le Magicien du mois. C’est facile, à la fin de chaque réunion, on fait marcher l’applaudimètre et celui qui fait vibrer le plus violemment nos tympans devient Le Magicien du mois.  Jusqu’à la séance suivante il aura la chance de montrer sa bobine sur la page Facebook du site et tremblera un mois durant en redoutant d’être détrôné à la prochaine.

C’est drôle, c’est sans stress, juste pour s’amuser et tout le monde a approuvé.

Bon ! c’est bien joli tout ça mais on n’avance pas ! Allez hop ! La séance ouverte, qui commence ?

Eh bien c’est Owen Nemo qui monte sur scène et présente en avant-première, histoire de s’échauffer, une création qu’il présentera dans une semaine au Congrès de Troyes. Juste pour nous (et un peu pour lui quand même, pour s’entraîner en conditions réelles) voici une routine de gobelets du tonnerre. Des gobelets timbales (c’est d’la balle comme on dit chez les d’jeuns), des balles dans tous les sens, des rouges, des blanches, à rayures, en couleurs, des gobelets qui diminuent de taille, et tout ça joué et accompagné d’un boniment bien écrit que c’est pas du baratin. On a vraiment passé un bon moment, et nous lui avons tous souhaité bonne chance pour le Congrès.

Quand je vous disais que la soirée commençait bien !

Voilà maintenant Rheda qui s’avance vers la table de close-up et exécute avec aisance (et avec Quentin) deux routines de cartes très amusantes. Il a à peine le temps de saluer que Francis Baranowski, comme une pile électrique surgit du fond de la salle et prend place sur la scène. En deux temps trois mouvements, faisant tournoyer sa baguette comme dans une joute moyenâgeuse, il pourfend les airs et en un éclair projette l’image de la carte choisie sur le grand rideau de scène. C’est encore une des ses fabrications maison, une belle trouvaille qui mérite les applaudissements que tout le monde lui a donnés.

Après ça, Étienne, le nouveau, ne se dégonfle pas et présente une routine qui fait mouche (oui, c’est facile mais je n’ai pas pu m’empêcher) le classique d’Aldo Colombini revisité avec des cartes en papier tue-mouche. C’était chouette et les petites bêtes en ont pris plein la figure.

Dans sa suite, je me lève et invite Claire Perrine à une petite expérience de transmission de pensée bourrée d’ambiguïtés qui continue de détendre l’atmosphère, quand aimer rime avec manger… Je crois qu’on a bien rigolé et elle aussi.

Notre ami Pallas qui rongeait son frein depuis une heure profite de l’occasion pour jouer avec sa maestria habituelle les bateleurs d’un autre siècle. Il nous conte en long et en large le jeu du bonneteau depuis ses origines, avec humour et talent (alors qu’il paye en écu de cuivre). Je vous le promets, en plus d’être pliés de rire, on est vraiment restés sur l’écu !

La soirée s’est prolongée de cette manière, les candidats à la démonstration de routines se poussaient pour avoir leur place, notre champion Adrien ne savait plus à quel sein ( !) se vouer, Henry Pou a tenté de la jouer honnêtement mais ça ressemblait plutôt à des dessous de table avec des dollars plein les mains, ça montait, ça descendait, franchement ce soir il a fait le trou et pour terminer ce défilé magique, Tom’As nous a présenté avec brio une routine d’après Dani Da Ortiz, et… Ollé !!! on lui a fait une Holà !

Voilà notre soirée mes amis, quelle rentrée, quelle réussite !

Après des tonnerres de claquement de mains qui ont fait trembler les murs jusqu’au Musée des Arts et Métiers, l’applaudimètre a désigné le Magicien du mois : Monsieur Owen Nemo !

Eh bien voilà en quelques mots notre soirée de rentrée, ça valait vraiment le coup je vous le promets.

Et maintenant, qui va détrôner notre Magicien le mois prochain ? …….. Peut-être vous, alors soyez au rendez-vous, le concours est ouvert !

AL

 

 

print

%d blogueurs aiment cette page :