Arnaud Lhermitte

Bonjour à tous,

Nous avons passé hier soir une soirée encore une fois couronnée de succès grâce à tous les intervenants qui se sont bousculés à la porte de la salle Zoom.

Nous avons eu le plaisir de voir Benjie qui s’était joint à nous, ça fait vraiment du bien de revoir les copains. 

C’était une de nos soirées mensuelles libre de toute contrainte, sans thème, sans barrières (facile à distance) mais avec beaucoup de surprises et de créativité. Jugez-en !

Le président Peter Din était comme à son habitude aux manettes et lança le fameux générique (pré-)historique pour l’ouverture du rideau

Je ne vais pas détailler trop précisément le florilège de tours que nous avons eu ce soir car vous pouvez les retrouver en visionnant la soirée sur le site de votre club préféré.

 On commence donc avec notre ami Claude Abacus qui réalise une jolie prédiction « à la ficelle », comme dans une tente de foire, il suffit de tirer le bon bout pour gagner… et c’est ce qu’il fait.

Il se déchaîne ensuite en enchaînant clé et bague à vue, enclavage et désenclavage à merci et fini sa performance avec un tour inspiré d’Aldo Colombini, une prédiction d’une carte rouge dans  un jeu blanc (j’suis vert !).

Peter prend le relais et nous présente deux formidables tours de Simon Aronson que vous pourrez retrouver pour vous entraîner dans le VBO du même. Il faut juste un peu de mémoire, mais l’effet est magnifique.

Jean-François poursuit le festival avec un chouette tour dont il nous a donné l’explication, mais je dois avouer que ma petite tête n’a pas tout suivi, une histoire un peu trop mathématique pour moi avec des puissances trop fortes. Mais c’était bien je vous le promets.

À mon tour de me faufiler pour présenter un tour issu du dernier VBO consacré aux tours automatiques avec une démonstration assez surprenante de cartes qui se rangent toutes seules (page 49, une idée de Juan tamariz et Gema Navarro).

Henri Pou s’empare du micro pour nous parler de tenségrité avec une drôle de sculpture qui tient toute seule dans le vide et qui donne l’impression que c’est pas possible et pourtant, c’est possible. Quand on la regarde on ne peut pas l’éviter et pourtant ça lévite !

C’est vraiment stupéfiant.

La soirée n’est pas terminée, loin de là et l’ami Zilliox, qui a plus d’un tour dans son sac en sort un drôle, mais il triche, car il joue avec des 15 de carreau que même normalement ça existe pas ! Mais bon, après tout, tout est possible en magie.

Francis Bara monte au créneau sans Baratin avec une nouvelle trouvaille lumineuse, tout est dans la carte, vous verrez.

Ça, c’était la partie spectacle de la soirée ; nous avons pu continuer avec un peu de technique grâce d’abord à Gérard Alexandre qui a plus d’un éventail dans son tiroir (facile) et nous montre une technique d’empalmage d’enfer qu’il maîtrise vraiment bien, les éventails vont et viennent, apparaissent et disparaissent, ça vaut vraiment le coup de s’entraîner à cette technique.

Coco enfin va entamer la dernière partie de la soirée avec lui aussi tours et techniques.

Le problème avec Coco c’est qu’il est tellement généreux en tours, en explications comme en techniques et en trouvailles que si on ne l’arrête pas il pourrait continuer jusqu’à l’aube.

Et ce soir, c’était couette, il nous a parlé de poisson rouge, de flip, de flap et d‘enveloppe de son invention qui claque.

Et voilà mes amis quelle fut notre soirée du mois de mai (comme le dit l’adage, on a fait ce qui nous plaît) mais, mais, mais… comme il était arrivé le premier il est reparti le dernier avec une jolie routine de Dames qui changeaient de couleur à tout va, de quoi en perdre la tête. Merci Benjie pour cette belle démonstration.

Bonsoir à tous et rendez-vous au mois de juin pour une nouvelle soirée magique !

AL

 

 

print

%d blogueurs aiment cette page :