Arnaud Lhermitte

Ce soir on est libre, y a pas d’thème

Et quand on thème on ne compte pas

Alors libre cours à la magie !

 

À 20 heures précises, le générique est lancé et Peter en bon conducteur donne le ton et commence par le tirage au sort du portrait du jour.

Ce soir, les gagnants sont Rémy Cochez, un nouveau et Jean-Claude Roubeyrie, un ancien. Le hasard fait drôlement les choses.

Comme on est libre de thème et qu’on n’est pas aux pièces, Henri prend la liberté d’ouvrir la soirée avec “un petit tour rapide” pour changer, un speed trick de pièces inspiré d’Al Schneider qu’on aime bien voir et revoir, surtout avec les détails qu’il aime y apporter. La transportation en gros plan de 8 pièces d’une main vers l’autre, on va bientôt appeler ça le mouvement Henri POpUp. Il n’en restera pas là et nous montrera en fin de soirée une autre “petite routine rapide” de pièces suivi d’un “petit tour rapide” de cartes.

François Paponnaud propose ensuite une petite expérience radiesthésique avec deux allumettes qui s’animent quand le regard est fixe, ce qui donne à Claude Abacus l’idée de jouer aux boîtes d’allumettes ascensionnelles, une très jolie démonstration de télékinésie du bout des doigts et là, pour ne paraphraser personne, quand il en touche une, ça fait bouger l’autre.

On brûle d’en voir plus et Claude continue sans se forcer avec une carte perforée (même pas forcée) et une bague vagabonde qui passe de doigt en doigt à la vitesse de l’éclair.

Automatiquement, Jean-Pierre Gindre met le paquet et joue la carte du tour automatique ce qui donne à Peter l’idée d’un pari de bistro à base de cartes de visites ; y a pas à dire, tout ça c‘est payant !

De mon côté j’entraîne Francis dans un pari absurde où il perd coup sur coup, ce qui fait rebondir le pair Coco sur une routine du regretté Aldo Colombini, Pick me, Pick me not dont il dénoue les ficelles sans faire d’impair (!).

Francis à son tour nous parle de son nouveau gimmick, le silk poke vanisher un truc qui peut remplacer le FP et Peter nous renvoie vers les notes de conférence de Gaëtan Bloom sur notre ami faux pouce. À lire et à relire.

El Harag se lance dans une petite démonstration chiffrée de mentalisme avec Henri puis Coco termine en donnant libre cours aux rois et aux as.

Vous voyez, cette soirée sans thème, elle était chouette, sympa, magique… une soirée comme on les thèmes, quoi !

Un conseil, allez sur le site pour voir ou revoir la soirée, c’est un vrai plaisir je vous l’assure et pour ceux qui ne viennent pas ou peu sur les réunions Zoom, ça va vous donner envie d’y aller, vous verrez.

 

Allez, à la prochaine, on compte sur vous !

A.L.

 

print

%d blogueurs aiment cette page :